Previous month:
décembre 2012
Next month:
février 2013

Président de l'AUDESO, Michel Berson trace les grandes orientations du projet de l'Agence pour 2013-2015

AudesoL’Audeso fête cette année son dixième anniversaire et je me réjouis du travail accompli.

L’heure est donc au bilan afin de propulser l’Audeso dans la prochaine décennie. L’Audeso a su progressivement créer un climat de travail collectif serein et efficace au service de ses membres, pour l’amélioration du cadre et des conditions de vie des habitants et des usagers du CESO et pour un développement équilibré du territoire.

Notre territoire, entre ville et campagne, est doté de multiples atouts mais tous les enjeux contemporains s’y expriment avec plus d’acuité que dans d’autres secteurs géographiques notamment franciliens. La solidarité doit s’y exercer plus fortement pour lutter contre les fragilités sociales et économiques, pour assurer un droit à la mobilité pour tous, et préserver l’environnement et les ressources pour les générations futures.

L’Audeso s’est fortement engagée pour la reconnaissance du CESO au sein de la mégapole Paris Île-de-France. Son action a permis que le volet territorial (Grand Projet 3) du Contrat de projets État/Région 2007/2013 soit efficacement mobilisé par les collectivités du CESO, dans un esprit de partage et de redistribution. Le CESO a pu démontrer son engagement dans la construction de logements, pour ses besoins propres mais aussi pour contribuer à l’effort régional. L’Audeso a su défricher de nouveaux sujets et fournir à ses membres des éclairages sur des sujets variés.

C’est en grande partie grâce à ses réflexions pré-opérationnelles et à sa force d’animation que les projets de Promenade de Seine en Essonne et d’Eurovéloroute des Pèlerins se mettent progressivement en œuvre au bénéfice des usagers du territoire, qu’ils y résident, y travaillent ou le visitent. Les trois années qui s’ouvrent devraient se dérouler dans de nouveaux locaux, un nouveau lieu inter-communautaire accessible et vivant, offrant ainsi aux collaborateurs de l’Agence, que je remercie pour leur dévouement, des conditions de travail optimales, leur permettant d’assurer au mieux leurs missions.

Il me reste à formuler les vœux suivants dans le cadre de ce nouveau Projet d’Agence 2013/2015 :

- que les membres de l’Audeso s’appuient avec encore plus de fermeté et de conviction sur les réflexions collectives en s’appropriant et restituant le travail accompli à l’échelle du CESO ; qu’ils sollicitent en tant que de besoin cet outil d’ingénierie technique à leur disposition ;

- que l’Agence fasse mieux connaître ses travaux, activités et compétences localement auprès des communes, du grand public, de la sphère économique, de nouveaux partenaires et des investisseurs privés ; - que notre travail collectif pèse comme une voix plus forte du CESO dans les grands débats d’actualité et particulièrement au sein de la mégapole Paris Île-de-France et pour le soutien à la mise en œuvre des grands projets intercommunautaires dans la nouvelle période de contractualisation qui s’annonce ;

- que l’Agence poursuive ainsi son chemin au service du CESO et de ses usagers, en apportant son appui technique et ses réflexions à la mise en œuvre cohérente et de qualité des grands projets du territoire, en matière de « renaissance urbaine » aussi bien qu’en matière de qualité de l’environnement, et qu’elle nous aide à imaginer l’avenir du CESO.


Michel Berson défend le principe d'une Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education de plein exercice à Evry dans l'Essonne.

Texte de la question :

M. Michel Berson  - " L'université de Cergy-Pontoise qui gère l'IUFM de l'académie de Versailles a décidé, à compter du 1er septembre 2013, de fermer l'antenne essonnienne de l'IUFM actuellement située à Étiolles. La réforme à venir de l'éducation nationale prévoit la création d'une école supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) par académie. Pour celle de Versailles, il serait ainsi envisagé d'ouvrir une ESPE portée par l'université de Cergy-Pontoise, avec une antenne commune aux universités de Saint-Quentin et d'Evry. Cette solution n'est pas satisfaisante. L'académie de Versailles couvre quatre départements, elle devrait être dotée de deux ESPE.

L'université d'Évry dispose de locaux et est prête à accueillir non pas une antenne mais une école à part entière. Le département de l'Essonne, avec 1,2 million d'habitants, doté de deux universités, est marqué par l'économie de la connaissance. Il lui faut un grand centre de formation des maîtres. Le Gouvernement partage-t-il cette analyse ?"

Texte de la réponse :

Mme Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche . "- Le dispositif de formation des enseignants est en cours de rénovation, conformément aux engagements du Président de la République. Il prévoit la création d'ESPE, inscrites dans les universités, qui seront au coeur du projet de loi de refondation de l'école de la République. Ces écoles assureront la formation initiale et continue des professeurs et des enseignants. Interlocuteurs privilégiés du ministère, elles ne se substituent pas aux IUFM actuels.

Au sein de l'académie de Versailles, l'université de Cergy-Pontoise négocie avec celle d'Evry pour le transfert à Evry de son antenne d'Etiolles ; une convention est en cours de finalisation. A la rentrée 2013, une ESPE verra le jour dans l'académie. Le ministère arbitrera en dernier recours."

M. Michel Berson. - Merci de cette réponse mais l'Essonne doit être dotée d'une ESPE de plein exercice et non d'une simple antenne. Le rattachement de l'IUFM d'Evry à l'université de Cergy-Pontoise a été une grande surprise ; la création d'une simple antenne de la future école en serait une autre -et même une erreur. Les élus, les enseignants, les futurs étudiants attendent la création d'une ESPE de plein exercice en Essonne, territoire qui accueillera bientôt la grande université de Paris-Saclay."