Previous month:
janvier 2015
Next month:
mars 2015

Secrétaire du Groupe d’information internationale sur le Tibet du Sénat, je défends « la voie du milieu »

Secrétaire gpe d'info internationale sur le Tibet du Sénat110215J’ai pris ce mercredi la fonction de Secrétaire du Groupe d’information internationale sur le Tibet du Sénat. Depuis 2009, la situation a empiré avec 130 auto-immolations. Je défends la solution dite d’une voie médiane qui garantit une réelle autonomie au peuple tibétain. Cette ligne politique, à l’origine conçue par le Dalaï-lama et adoptée par le peuple tibétain, concilie, d’une manière pragmatique, la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine avec les impératifs de préservation de l’identité tibétaine.

 


Les préconisations de la Cour des Comptes et le suivi des recommandations sont des pistes intéressantes

MB-PublicSenat-110215J’étais l’invité ce mercredi 11 février de la chaîne Public Sénat pour débattre du rapport annuel de la Cour des Comptes qui « expose une sélection d’observations suivies de recommandations, visant à améliorer l’utilisation des fonds publics et l’efficacité des services publics », notamment sur l’eau, l’électricité, la justice, l’urbanisme ou la culture.


24H Sénat du 11/02/2015 par publicsenat

Battre le FN, c’est possible… si la gauche se mobilise et va voter

Même si le FN a perdu 1200 voix dimanche dernier lors du 1er tour de l’élection législative dans le Doubs par rapport à 2012 et l’UMP près de 2500 voix, l’abstention a surtout frappé le PS qui a perdu plus de 9000 voix. Disons le clairement : face au FN, la clé de l’élection législative de dimanche prochain n’appartient pas à l’UMP, encore moins au FN, mais à la gauche, et tout particulièrement aux électeurs socialistes, qui doit venir voter.

Ne comptons pas sur l’UMP pour faire gagner le candidat républicain face au FN. La mobilisation des électeurs de gauche est à elle seule en mesure d’assurer cette victoire.


La position albanaise du Front National est inadmissible et contreproductive

La proposition de résolution européenne, déposée par trois députés européens français membres du Front National pour demander l’arrêt des négociations d’adhésion de l’Albanie à l’Union Européenne est inadmissible autant que contreproductive.

Cette proposition intervient alors que l’Albanie vient d’obtenir le statut de Pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne lors du Conseil européen des 26 et 27 juin 2014, avec l’appui de la France.

Il faut rappeler que la volonté d’intégration européenne de l’Albanie a reçu le soutien de la France ainsi que l’a souligné le Président de la République, François Hollande, au Premier ministre albanais, Edi Rama, lors de leur rencontre en juin 2014, au Palais de l’Elysée, confirmant ainsi les propos qu’il avait tenus au Sommet des chefs d’Etat de la région à Brdo en juillet 2013.

Albanie-France171014L’obtention du statut de « Pays candidat à l’Union européenne » prend en compte les efforts de l’Albanie à poursuivre dans la durée les profondes réformes engagées en vue de consolider l’Etat de droit et de lutter contre la corruption et la criminalité organisée dans le pays.

Cette reconnaissance européenne la conforte sur la voie du renouveau démocratique dans lequel elle s’est engagée et renforce son autorité, notamment au plan international, compte tenu du rôle essentiel qu’elle joue dans la stabilisation de la région des Balkans.

L’Albanie est un pays francophone et francophile. Avec la France, elle met aujourd’hui tout en œuvre pour favoriser une meilleure compréhension mutuelle entre les peuples français et albanais et encourager entre ces deux pays les échanges, tant dans les domaines politique et culturel que sur le plan économique.

Aussi, je désapprouve la position de ces trois eurodéputés français, membres du Front National, qui demandent un arrêt immédiat des négociations d’adhésion de l’Albanie à l’Union européenne.