Previous month:
décembre 2015
Next month:
février 2016

Baisse du chômage : l’Etat fait son job, aux entreprises et aux partenaires sociaux maintenant de faire le leur !

Baisse chomage180116Lors de ses voeux aux acteurs de l’entreprise et de l’emploi ce lundi matin, le Président de la République a détaillé un plan d’urgence pour l’emploi. Cette mobilisation comporte, notamment, une  mesure de soutien à l’embauche pour les PME via une aide forfaitaire annuelle de 2000 € pendant 2 ans pour toute PME qui embauche en CDI ou CDD de plus de 6 mois un salarié à temps plein et payé entre 1 et 1,3 SMIC.

Un plan de 500 000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi est également lancé afin de mieux diriger les demandeurs d’emploi vers les emplois de demain.

En matière de sécurité professionnelle, le compte personnel d’activité offrira aux salariés une garantie et une stabilité des droits sociaux individuels qui les protégeront des aléas au cours de leur vie professionnelle.

Après les contrats d’avenir, le CICE, le pacte de responsabilité et de solidarité, ces nouvelles mesures en faveur de l’emploi témoignent de la détermination du Gouvernement à faire durablement baisser le chômage, sans remettre en cause les droits des salariés.

C’est maintenant aux entreprises d’assumer leurs responsabilités en s’appuyant sur l’ensemble de ces dispositifs et sur un regain de croissance qui résulte de l’efficacité de la politique économique du Gouvernement.


Terrorisme : déchéance de nationalité pour les Français binationaux et déchéance républicaine pour les Français mononationaux

Pour sortir de l’impasse dans laquelle se trouve actuellement le débat sur la déchéance de nationalité, je propose que les Français coupables d’actes de terrorisme ou d’atteintes aux intérêts fondamentaux de la Nation :
– soient condamnés, à vie, à la « déchéance républicaine » portant perte de leurs droits civiques, civils et de famille, s’ils sont mononationaux ;
– et à la déchéance de nationalité, s’ils sont binationaux.

Le législateur doit en effet tenir compte de la dualité de statut entre les binationaux et les mononationaux, afin de ne pas créer de personne apatride.

En outre, la peine complémentaire d’interdiction des droits civiques, civils et de famille, aujourd’hui d’une durée temporaire de 15 ans, serait applicable à vie, comme cela fut le cas jusqu’à l’entrée en vigueur du nouveau Code pénal en mars 1994.

Ainsi seraient conciliés les impératifs d’une peine symbolique forte contre les auteurs d’actes de terrorisme, sans créer de discrimination entre les Français, et le respect des traités internationaux dont la France est signataire.