Le Plan gouvernemental d’économies est courageux, équilibré et juste

Face à la situation préoccupante de nos finances publiques, c’est sans état d’âme que j’ai apporté ma confiance au Premier Ministre sur le programme de stabilité. Le Premier Ministre a présenté un plan courageux, équilibré et juste d’économies budgétaires.

Courageux, car dans un contexte d’endettement insoutenable que nous a légué la droite et l’absence de croissance depuis cinq ans, le programme de stabilité fixe un cap clair et une trajectoire précise pour redresser le pays.

Equilibré, grâce à une harmonie entre les mesures pour améliorer la compétitivité des entreprises et les mesures en faveur du pouvoir d’achat des Français.

Juste, avec des mesures de justice sociale qui épargnent nos concitoyens les plus modestes, notamment parmi les retraités et les fonctionnaires.

Aujourd’hui le Gouvernement dispose d’une légitimité et d’une capacité à engager les réformes dont la France a besoin. Je serai donc à ses côtés.


Un plafonnement du CIR s'impose : il permettrait d'économiser 4 à 5 milliards d'euros sur les trois prochaines années

Le plan d’économies de 50 milliards d’euros est financièrement indispensable, pour réduire les déficits et dettes publics. Mais il doit aussi être économiquement efficace, pour ne pas casser la reprise de la croissance et socialement juste, pour ne pas pénaliser les familles modestes.

C’est pourquoi, la mesure de plafonnement du Crédit d’Impôt Recherche (CIR) que je préconise depuis deux ans, s’impose aujourd’hui plus que jamais.

Réduire les dépenses publiques, c’est d’abord réduire les dépenses fiscales, donc la première d’entre elles –après le CICE-, c’est-à-dire le CIR.

Le CIR va bénéficier aux entreprises à hauteur de 7 milliards d’euros en 2015, contre 1,8 milliards en 2008, soit un quadruplement en 7 ans, alors que le PIB restait quasiment stable sur la même période.

Une telle augmentation dynamique –même si elle concerne un secteur porteur de croissance- est devenue déraisonnable, et même insoutenable sur le plan budgétaire.

Le Président de la République avait annoncé, en 2012, la stabilisation du CIR. Aujourd’hui, il est impératif que soit stabilisé, non seulement le régime juridique du CIR, mais également son coût, et ce, au niveau précisément atteint en 2012, soit 5,5 milliards d’euros.

Le plafonnement du CIR à cette hauteur permettrait d’économiser 4 à 5 milliards d’euros sur les trois années à venir et ainsi d’alléger les mesures de gel annoncées sur les retraites, le traitement des fonctionnaires et les prestations sociales.


Michel Berson nommé au conseil d’administration de l’Institut de Radioprotection

Par décret du 7 février 2013, Michel Berson, sénateur de l’Essonne, a été nommé membre du conseil d’administration de l’Institut de Radioprotection et de Sureté du Nucléaire (IRSN).

C’est en qualité de membre de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques que Michel Berson a été nommé par la Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie au conseil d’administration de l’IRSN, établissement public dont le champ de compétence couvre l’ensemble des risques liés aux rayons ionisants dans le secteur de la médecine ou de l’industrie. 

Les activités de recherche, réalisées le plus souvent dans le cadre de programmes internationaux, permettent à l'IRSN de maintenir et de développer son expertise et d'asseoir sa stature internationale de spécialiste des risques dans ses domaines de compétence.

Dans le cadre de son mandat de Président du Conseil général de l’Essonne, Michel Berson a acquis une connaissance concrète de ces questions avec notamment la présence des activités de recherche civiles et militaires du Commissariat à l’Energie Atomique en Essonne, sur le plateau de Saclay.


Michel Berson défend le principe d'une Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education de plein exercice à Evry dans l'Essonne.

Texte de la question :

M. Michel Berson  - " L'université de Cergy-Pontoise qui gère l'IUFM de l'académie de Versailles a décidé, à compter du 1er septembre 2013, de fermer l'antenne essonnienne de l'IUFM actuellement située à Étiolles. La réforme à venir de l'éducation nationale prévoit la création d'une école supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) par académie. Pour celle de Versailles, il serait ainsi envisagé d'ouvrir une ESPE portée par l'université de Cergy-Pontoise, avec une antenne commune aux universités de Saint-Quentin et d'Evry. Cette solution n'est pas satisfaisante. L'académie de Versailles couvre quatre départements, elle devrait être dotée de deux ESPE.

L'université d'Évry dispose de locaux et est prête à accueillir non pas une antenne mais une école à part entière. Le département de l'Essonne, avec 1,2 million d'habitants, doté de deux universités, est marqué par l'économie de la connaissance. Il lui faut un grand centre de formation des maîtres. Le Gouvernement partage-t-il cette analyse ?"

Texte de la réponse :

Mme Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche . "- Le dispositif de formation des enseignants est en cours de rénovation, conformément aux engagements du Président de la République. Il prévoit la création d'ESPE, inscrites dans les universités, qui seront au coeur du projet de loi de refondation de l'école de la République. Ces écoles assureront la formation initiale et continue des professeurs et des enseignants. Interlocuteurs privilégiés du ministère, elles ne se substituent pas aux IUFM actuels.

Au sein de l'académie de Versailles, l'université de Cergy-Pontoise négocie avec celle d'Evry pour le transfert à Evry de son antenne d'Etiolles ; une convention est en cours de finalisation. A la rentrée 2013, une ESPE verra le jour dans l'académie. Le ministère arbitrera en dernier recours."

M. Michel Berson. - Merci de cette réponse mais l'Essonne doit être dotée d'une ESPE de plein exercice et non d'une simple antenne. Le rattachement de l'IUFM d'Evry à l'université de Cergy-Pontoise a été une grande surprise ; la création d'une simple antenne de la future école en serait une autre -et même une erreur. Les élus, les enseignants, les futurs étudiants attendent la création d'une ESPE de plein exercice en Essonne, territoire qui accueillera bientôt la grande université de Paris-Saclay."

 



Michel Berson promu au grade d'Officier dans l'ordre des Palmes académiques

PalmesSamedi 21 janvier 2012, Michel Berson a reçu des mains du Président de l'AMOPA 91, les insignes d'Officier dans l'orde des Palmes académiques, en présence de l'Inspecteur d'Académie de l'Essonne. Extraits de son intervention.

"C’est avec honneur et émotion que je reçois aujourd’hui cette distinction qui, plus qu’une reconnaissance personnelle, témoigne avant tout d’un engagement au service de la plus belle des causes, la défense de l’Ecole de la République comme vecteur d’épanouissement individuel et collectif.

Créées par Napoléon 1er et destinées initailement aux universitaires, les Palmes académiques ne sont plus aujourd’hui réservées aux seuls personnels de l’éducation, mais également à tous ceux qui, dans le cadre de leurs fonctions ou de leurs mandats, œuvrent dans le champ de l’éducation. Et cela se comprend aisément compte tenu de l’importance que revêt aujourd’hui, plus encore qu’hier, la nécessité de se former et d’apprendre.

Ne percevons-nous pas, en effet plus que jamais, avec la crise économique et sociale profonde que nous traversons, que le monde ne peut rester en l’état et qu’il est urgent que les hommes reprennent en main leur destin.

Mais pour ne plus subir les événements, les hommes doivent être capacité de mettre des mots sur ce qu’ils vivent, de comprendre les ressorts de ces mouvements de la société qui peuvent, s’ils n’y prennent garde, les broyer comme fétus de paille.

Et dans ce combat, c’est, d’abord et avant tout, vers l’éducation qu’ils peuvent se tourner afin de se doter des armes – pacifiques - qui leurs sont nécessaires pour se défendre et être en mesure d’infléchir le cours de l’Histoire. Cette éducation dont le but, comme l’écrivait Condorcet dans son projet d’Instruction publique de 1792 visait à « substituer enfin l’ambition d’éclairer les hommes à celle de les dominer ».

Alors, en ce qui me concerne, je me suis effectivement toujours efforcé, dans l’exercice de mes mandats électifs, et en particulier en qualité de Président du Conseil général de l’Essonne, d’assurer aux jeunes essonniens les meilleures chances de réussite et de leur donner accès au savoir et à la diversité des cultures d’aujourd’hui.

Ce sont ces valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, portées par l’Ecole, que j’ai ainsi souhaité leur faire partager pour leur donner toutes les clés d’une meilleure compréhension d’un monde dans lequel ils doivent apprendre à revendiquer leur juste place."


Le retour du moustachu

KeynesEn ces temps de crise financière, les dégâts causés par la dérégulation des marchés redonne de la vitalité aux thèses défendues par John Maynard Keynes.

Car, si les mesures d'urgence ont dans un premier temps consisté à resécuriser le système financier, la réponse à la crise réside bien évidemement dans la création de nouveaux mécanismes de politique économique.

Pour enrayer la récession et la spirale vicieuse dans laquelle nous nous trouvons, une remise à plat du système financier s'impose pour remettre les marchés au service des intérêts collectifs et non l'inverse comme cela a trop souvent été le cas au cours des vingt dernières années.

Au-delà du système financier, un plan de relance de l'économie via les outils keynésiens de la relance budgétaire voire de la relance monétaire seront nécessaires également.

Les vertus du multiplicateur keynésien (qui fut autrefois le sujet de ma thèse de doctorat en économie) seront, je le pense, très prochainement redécouvertes.

La gauche et les forces de progrès doivent être à la pointe de ce combat pour remettre l'économie d'aplomb et pour assurer un meilleur partage des richesses.


Fête de l'Humanité

Humanite2008Je serai dimanche 14 septembre l'un des invité des débats de la fête de l'Humanité dans le grand agora.

Le débat commencera à 11h.

"Grand Paris, quel avenir pour la région capitale"

Invités :

Michel Berson (PS), Président du Conseil général de l'Essonne - Roger Karoutchi (UMP), secrétaire d'Etat - Mireille Ferri (Verts), vice-présidente de la Région IDF - Pierre Mansat (PCF), adjoint au Maire de Paris - Patrick Braouzec (PCF), président de la communauté d'agglomération Plaine Commune.


Visite du dalaï-lama

1_2Le dalaï-lama était hier à Evry pour découvrir la plus grande Pagode d'Europe. Dans une ambiance bonne enfant, il a salué l'engagement exemplaire des bénévoles qui se battent depuis de nombreuses années pour financer la construction de cet édifice impressionnant.

De retour de vacances, j'ai tenu à rencontrer cette figure attachante qui, par son message et son engagement, oeuvre en faveur de la paix et du respect.


Enfin libre !

Enfin libre ! Après plus de six années de captivité, Ingrid Bétancourt va pouvoir retrouver les siens.

Ce midi, au Conseil général, élus et agents, ont célébré cette excellente nouvelle ensemble à l'accueil de l'hôtel du département, l'endroit où nous avions affiché le portrait d'Ingrid Bétancourt pour manifester notre solidarité et participer à ce formidable élan populaire qui a permis de sensibiliser chacun à la question des otages de Colombie.

A cette occasion, j'ai posé une pancarte "Libre" sur son portrait.

Vous pouvez consulter la vidéo de cette cérémonie :