Previous month:
décembre 2009
Next month:
février 2010

Opération Sac Ados

Depuis la mise en place de l’opération Sac ados en 1999, le Conseil général de l’Essonne a permis à plus de 11 500 jeunes de bénéficier d’un soutien logistique et financier pour partir en vacances en France ou en Europe.

 

Ce dispositif vise notamment à développer l’autonomie et l’esprit d’initiative des jeunes par la conception d’un projet de vacances.

Jeunes diplomes Chaque année, le Département investit ainsi 400 000 € dans la réalisation de cette opération. En 2009, près de 1 500 jeunes ont bénéficié du dispositif Sac ados.

 

Les packs Ados sont composés d’un sac de voyage, de 150 € de chèques vacances et chèques alimentaires, d’une assurance assistance et rapatriement, et d’un kit vacances (lunettes de soleil, lampe de poche, livres…).

  

À l’intérieur de chaque sac ados est également remis un formulaire intitulé "les bons plans de vos vacances" afin que chaque jeune fasse un retour sur ses vacances et donne quelques conseils aux futurs bénéficiaires de l’opération. Ce formulaire peut être complété d’un carnet de bord, d’un film ou d’un CD de photos réalisé par les jeunes.

   

Les meilleurs "bons plans de vos vacances" ont été récompensés lors d’une cérémonie qui s’est tenue mercredi 20 janvier à l’Hôtel du département.

Après la stratégie d’asphyxie financière des collectivités locales, l’UMP organise la stratégie du bâillonnement

Dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, le secrétaire général de l’UMP a accusé les collectivités socialistes et leurs élus d’orchestrer une campagne de désinformation sur la réforme territoriale. En affirmant que "l’argent des Français ne doit pas servir à mentir aux Français", Xavier Bertrand a volontairement omis de rappeler que l’offensive mensongère a été lancée par l’UMP elle-même.

En effet, dire que les collectivités locales sont très endettées, c’est oublier un peu vite que la dette desdites collectivités représente 5,5% du PIB quand celle de l’État en représente 49,1%.

 

Dire que les transferts de compétences de l’État vers les collectivités locales sont compensés à l’euro près, c’est fermer les yeux sur la stratégie d’asphyxie financière orchestrée par l’État. Faut-il le rappeler, en 2008, au seul titre du RMI, 550 M€ n’ont pas été compensés aux Départements par l’État ?

   

Face à ces mensonges répétés, les collectivités locales ont donc organisé des campagnes d’information car aujourd’hui, être libre, c’est être informé. Oui les collectivités se doivent de rétablir la vérité et d’expliquer à leurs administrés les dangers de la réforme territoriale imposée par le Gouvernement.

   

Nous avions l'obligation de réagir et d'informer les citoyens sur les projets du Gouvernement qui remettent en cause le service public local, pilier du pacte social et républicain qui rassemble les Français. Aujourd’hui, parce que les collectivités locales sont entrées -à juste titre- en résistance, l’État voudrait engager une stratégie de bâillonnement des collectivités.

Le principe de la libre administration des collectivités est inscrit dans la Constitution, il signifie aussi, pour nos assemblées démocratiquement élues et donc démocratiquement révocables, la possibilité de nous exprimer. Lorsque nous nous battons pour ne pas devenir de simples agences sociales aux ordres de l’État, nous défendons la mission qui nous a été confiée par nos concitoyens.