Previous month:
janvier 2010
Next month:
mars 2010

L’Essonne accueille Paris Métropole

C’est en Essonne que se tiendra le 18 février prochain la réunion plénière du Comité Syndical Paris Métropole. Je m’en félicite.

   

Composé de la Ville de Paris, de la Région Île-de-France, des départements de l’Essonne, du Val d’Oise, de la Seine-et-Marne, du Val-de-Marne, de la Seine-Saint-Denis et d’une centaine de communes et d’agglomérations franciliennes, le Comité Syndical Paris Métropole se réunira à partir de 9h00 à l’Assemblée départementale.

Pour Michel Berson, la tenue d’une séance plénière en Essonne est le signe d’une reconnaissance forte du rôle que jouent les départements de la grande couronne dans l’émergence et les dynamiques métropolitaines.

 

Avec les pôles de développement dédiés à la recherche scientifique et à l’innovation qui se structurent autour du Plateau de Saclay et d’Évry-Corbeil, et avec le centre d’échanges et d’affaires du Pôle d’Orly, l’Essonne s’affirme comme l’un des principaux pôles de l’attractivité de la Métropole francilienne.

     

Au moment où le Sénat examine le projet de loi Grand Paris, la prise en compte par Paris Métropole de l’apport essentiel que représentent l’Essonne, la Seine-et-Marne et le Val d’Oise, est une réponse claire à la vision réductrice que porte le Gouvernement sur l’avenir de l’Île-de-France.

  

Il n’est plus acceptable aujourd’hui de concentrer l’essentiel des équipements et des infrastructures de transport dans le cœur de l’agglomération.

 

Le développement durable, c’est-à-dire équilibré, de l’Île-de-France nécessite des investissements massifs et le déploiement d’un réseau dense de transports sur tout le territoire métropolitain. Cela suppose la mobilisation, à l’initiative de l’État, de nouvelles ressources financières pour les transports en commun.


Visite cantonale dans l'Arpajonnais

Arpajon Je serai ce jeudi dans le canton d’Arpajon.

   

Régulièrement, au-delà des nombreuses visites liées à l’actualité, accompagné d’élus et des services départementaux, je me rends sur un canton spécifique pour y rencontrer les habitants, les associations, les entreprises, les acteurs du service public.

  

Cette journée s’inscrit ainsi dans une démarche d’écoute mais également d’explication de la politique départementale en faveur du territoire.

Que ce soit dans le domaine des solidarités, de l’éducation, de l’aménagement, du développement économique, de l’environnement, ou de la culture, le Conseil général de l’Essonne est présent sur le terrain sous de multiples formes.

   

Lors de cette journée, je rencontrerai Monique Goguelat, Conseillère générale, ainsi que tous les maires du canton d’Arpajon, afin de faire le point sur les différents projets soutenus par le Conseil général de l’Essonne et confirmer ainsi l’implication du Département aux côtés des collectivités locales.

  

La visite se déroulera à partir de 15h00 sur les sites suivants :

- Avrainville : travaux réalisés dans l’école et la mairie

- Bruyères-le-Châtel : entreprise d’éco-construction au Moulin de Trémerolles

- Ollainville : parc d’eau dans la nouvelle station d’épuration

- Égly : centre culturel

- La Norville : collège Albert Camus

- Arpajon : centre technique et Maison départementale des Solidarités

  

Puis, à l’issue de cette visite, je participerai à un forum associatif à partir de 17h30 (salle Olympe de Gouges à Saint-Germain-lès-Arapajon).

    

Soucieux de l'articulation des projets locaux, le Département impulse ainsi un temps fort de rencontre et d’échange avec l'ensemble des élus locaux, des habitants, et des acteurs socio-économiques du canton.

Faire du droit à la mobilité un vecteur d’insertion et d’accès à l’emploi

Droit mobilite Le coût du permis de conduire et le taux d’échec important à l’examen sont souvent des obstacles qui mettent les personnes en situation d’insertion face à un paradoxe : vecteur fort d’insertion professionnelle, le permis de conduire est nécessaire pour accéder à l’emploi ; or l’absence d’emploi leur interdit précisément un financement de l’apprentissage de la conduite, et les conditions de formation au permis sont peu adaptées aux contraintes et difficultés de ce public.

  

À travers son Plan départemental d’insertion, de lutte contre les exclusions et de l’emploi, le Conseil général de l’Essonne a notamment fait de l’aide à la mobilité des publics en insertion l’un de ses axes prioritaires afin de leur permettre un retour à l’emploi durable.

   

Ainsi, dans le cadre de l’appel à projets "10 000 permis pour réussir" lancé par le Haut Commissariat à la Jeunesse, le Conseil général de l’Essonne a été retenu pour développer un dispositif d’aide à la mobilité à l’attention de 250 jeunes en insertion, dont 125 jeunes accompagnés par les missions locales du Département et 125 allocataires du RSA.

  

En partenariat avec Solidarité et Jalons pour le Travail (SJT) et Mobilité Solidaire, ce projet permettra de :

- développer le dispositif d’aide au permis de conduire mis en place par le Conseil général de l’Essonne depuis 2008 en passant de 150 formations au permis de conduire à 250 en 2010,

- proposer une méthodologie adaptée grâce à l’organisation de sessions collectives de formation dont les taux de réussite (50%) sont bien supérieurs aux formations individuelles dont le niveau de succès avoisine seulement les 10%,

- attribuer une aide financière de 1 000 € à 125 bénéficiaires ayant obtenu leur permis de conduire et en reprise d’activité professionnelle afin de participer aux frais liés au véhicule (location, acquisition, assurance),

proposer aux bénéficiaires ayant obtenu leur permis de solliciter le dispositif départemental de micro-crédit personnel pour achever leur plan de financement individuel.