Previous month:
octobre 2009
Next month:
décembre 2009

Semaine de l'égalité : halte aux préjugés !

Initiée en 2008 par le Conseil régional d’Île-de-France, la Semaine de l’égalité a lieu cette année du 30 novembre au 4 décembre. En partenariat avec la Halde et l’Acsé, cet événement représente une occasion unique d’interpeller et de sensibiliser les Franciliens sur toutes les formes de discriminations.

    

Engagé depuis plus de dix ans dans la lutte contre les exclusions et la réduction des inégalités, le Conseil général de l’Essonne participera à cette Semaine de l’égalité en soutenant financièrement une dizaine d’événements organisés par des associations et des communes.

  

Expositions, débats, conférences, jeux, concerts, spectacles ou projections de films mettront en lumière les discriminations.

  

Toutes ces actions seront valorisées lors de la clôture officielle de cette semaine de mobilisation qui se tiendra en présence de Michel Berson, Président du Conseil général de l’Essonne, et Maud Olivier, Conseillère générale déléguée chargée de la lutte contre les discriminations, le 4 décembre à partir de 14h30 à l’Hôtel du Département.

  

À cette occasion sera signée la Charte "Un stage, j’y ai droit !" par le Conseil général de l’Essonne, l’Inspection académique, et plus d’une trentaine d’entreprises du territoire qui s’engagent à accueillir des collégiens.

   

Initié en 2006 par le Conseil général de l’Essonne, le dispositif "Un stage, j’y ai droit !" a pour principal objectif d’aider les élèves de 3e situés en zones prioritaires à recherche un stage d’observation en milieu professionnel afin de compléter leur formation et se préparer au monde de l’entreprise.

Alors que 62 élèves étaient accompagnés en 2006 dans le cadre de ce dispositif, ce sont aujourd’hui 596 élèves qui en bénéficient, avec l’objectif de 1 390 élèves à l’horizon 2010.

Le programme complet des manifestations est disponible sur le site internet du Conseil général : www.essonne.fr .

UGO : le logiciel libre du CG91 pour l’Aide Sociale à l’Enfance récompensé

Affiche enfance Le logiciel UGO (Urgence Guide Orientation) vient de recevoir le trophée de la meilleure réalisation inter-services lors de la 10e édition des "Prix Territoriaux" créés par la Gazette des communes et la GMF, et a également été primé aux "Prix Territoria 2009" organisés par l’Observatoire National de l’Innovation Publique.

 

Développé par le Conseil général de l’Essonne, ce logiciel est un outil au service des travailleurs sociaux afin de faciliter leur recherche d’hébergement d’urgence dans l’intérêt des enfants pris en charge au titre de l’Aide Sociale à l’Enfance.

Le logiciel UGO offre désormais la possibilité aux travailleurs sociaux de trouver en moins de cinq minutes un lieu d’accueil pour des enfants en court, moyen, ou long séjour -au lieu de trois heures en moyenne par téléphone-, en se connectant de manière sécurisée sur une plateforme dont la procédure est simplifiée, optimisée et enrichie.

Il s’agit ainsi de remplacer des dizaines d’appels téléphoniques quotidiens et des annuaires papiers par une procédure rapide et dématérialisée sur internet.

  

L’outil UGO comprend un moteur de recherche avec de nombreux critères enrichis (âge et sexe de l’enfant, type d’hébergement préférable pour l'enfant, type de suivi,…) permettant une recherche correspondant au mieux aux besoins de l’enfant.

Développé en interne et conçu avec une volonté collaborative inter-services, partenariale et avec les utilisateurs, le logiciel a été versé à la communauté du libre en septembre 2009. Cette démarche permet ainsi à tous les départements qui le souhaitent de télécharger librement le logiciel et de l’utiliser sans frais de licence, de modifier les programmes et de les adapter à leurs besoins, avec la possibilité de mutualiser les retours d’expérience. Plusieurs départements ont d’ailleurs déjà signifié leur intérêt pour la plateforme.

    

Cette initiative du Conseil général de l’Essonne correspond à un réel besoin, compte-tenu des difficultés à trouver un lieu d’accueil adapté, particulièrement en situation d’urgence, pour les enfants qui sont confiés au service de l’Aide Sociale à l’Enfance. Elle permet en outre à d’autres départements d’en bénéficier et d’aboutir à une démarche mutualisée au plan national dans l’utilisation de l’outil.

 

Je tiens à féliciter très chaleureusement et à remercier l’ensemble des acteurs de ce beau projet qui honore l’administration départementale dans son ensemble.


Signature du contrat départemental d'Orsay

Jeudi 26 novembre à 10h00, je signerai avec David Ros, Maire-Conseiller général d’Orsay, le contrat départemental quinquennal d’Orsay.

 

Ce contrat, financé à hauteur de 780 000 € par le Conseil général de l’Essonne, permettra :

-  l’extension de l’école maternelle de Mondétour et de son restaurant scolaire

-  la construction d’un terrain de football en gazon synthétique

- la couverture de deux courts de tennis et la construction d’un bâtiment annexe


L'Essonne récompense les stagiaires

Pour la neuvième année consécutive, le Conseil général de l’Essonne se propose de récompenser des stagiaires essonniens ayant effectué un stage d’étude en France ou à l’étranger, considéré comme remarquable au regard des critères pédagogiques et des apports réciproques entre le stagiaire et la structure d’accueil.

   

Les dossiers des étudiants lauréats sont examinés par un jury composé de représentants du Conseil général, de l’Inspection académique, et d’acteurs du monde économique de l’Essonne.

Le jury attribue 5 grands prix sectoriels :

- Hôtellerie-Restauration-Tourisme

- Commerce-Communication / Bureautique-Secrétariat-Gestion-Comptabilité

- Bâtiment-Travaux publics

- Industrie et Sciences de l’Ingénieur

- Formation par apprentissage

Cette année, 35 lauréats seront primés : 30 recevront une dotation de 1 000 € et 5 se verront remettre le Grand Prix d’une valeur de 2 000 €.

   

Des récompenses qui seront remises par David Ros, Vice-président du Conseil général de l’Essonne, et Christian Wassenberg, Inspecteur d’académie, vendredi 27 novembre à 18h00 à la Chambre de Commerce et de l’Industrie de l’Essonne, en présence des principaux acteurs du monde économique du département.

Grand Paris, je demande aux parlementaires essonniens d'amender le texte du gouvernement

Paris by night Lundi, plusieurs parlementaires ont participé à la séance publique du Conseil général pour évoquer l'avenir de notre département dans le cadre du Grand Paris. Je regrette que malgré l'invitation adressée à l'ensemble des parlementaires de notre département (10 députés, 5 sénateurs), aucun parlementaire UMP ne soit venu pour alimenter notre réflexion et participer ainsi à la défense des intérêts de notre territoire et de ses habitants. 

 

À la veille de l’examen du projet de loi du Grand Paris et à l'issue d'un débat riche et animé, j'ai demandé aux parlementaires essonniens d’amender le texte du Gouvernement afin que la métropole francilienne puisse être en mesure de répondre aux attentes et aux besoins réels de tous les Franciliens et non des seuls habitants du centre et de la première couronne.

Je tiens à rappeler en particulier que :

-  le Grand Paris, qui incarne une grande ambition pour notre pays, ne peut pas se réduire à la réalisation d’un métro automatique, à grande capacité, de 130 km de long autour de Paris, comme l’ont rappelé avec force, encore tout récemment, nombre d’équipes d’architectes-urbanistes de la consultation internationale.

-  l’émergence d’une métropole à l’échelle de l’Île-de-France suppose une réponse globale à trois enjeux indissociablement liés : le renforcement de l’attractivité économique et scientifique, la réduction des fractures sociales et territoriales, et la prise en compte des nouvelles exigences environnementales.

-  en matière de transport, l’urgence aujourd’hui est l’amélioration des réseaux existants, et prioritairement des lignes de RER, ainsi que la réalisation des infrastructures de transport de proximité (tram-train, tramway, BHNS,…), inscrits dans le Plan régional de mobilisation pour les transports en Île-de-France, adopté par la Région et l’ensemble des Départements franciliens.

-  les collectivités territoriales et des EPCI d’Île-de-France doivent jouer un rôle essentiel dans l’élaboration et la mise en œuvre des projets métropolitains, conformément aux compétences que leur ont accordées les lois de décentralisation et à la légitimité démocratique qui leur est conférée par le suffrage universel. Cela nécessite en particulier que l’avis conforme des collectivités soit exigé pour tous les contrats de développement territorial, prévus par le projet de loi du Grand Paris.


Signature du contrat départemental d'Arrancourt

Interlocuteur privilégié des collectivités en matière d’aménagement et d’équipement, le Conseil général de l’Essonne accompagne et soutient les efforts d’investissements locaux à travers une politique volontariste et ambitieuse.

Ainsi, en 2009, le Conseil général mobilisera plus de 19 M€ afin de permettre aux communes essonniennes de financer leurs projets structurants.

  

Vendredi 27 novembre à 10h00, Denis Yannou, Maire d’Arrancourt et moi-même signeront le contrat départemental quinquennal d’Arrancourt.

  

Ce contrat, financé à hauteur de 75 000 € par le Conseil général de l’Essonne, permettra l’aménagement et la sécurisation du centre du village : rénovation de l’éclairage public (enfouissement des réseaux, pose de nouveaux candélabres), création de trottoirs permettant de sécuriser le passage des piétons et de drainer les eaux pluviales.

  

Actuellement, 128 contrats sont en cours entre le Conseil général et les communes essonniennes, dont 65 triennaux et 63 quinquennaux, le tout pour un montant de plus de 30 M€.

 

Je tiens à rappeler à cette occasion qu'avec les projets de suppression de la taxe professionnelle et de la compétence générale des départements, demain, le Conseil général risque de ne plus pouvoir soutenir financièrement ce type de dispositif.


Rappel : calendrier prévisionnel de la réforme territoriale

Mercredi 21 octobre 2009 : présentation du paquet législatif sur la réforme en Conseil des ministres.

  

Mi-décembre : début de l'examen, au Sénat, de la partie institutionnelle de la réforme,

ainsi que du texte sur l'élection des conseillers territoriaux, modifiant celle des conseillers communautaires et des conseillers municipaux.

   

Décembre : adoption de la loi réduisant le mandat des futurs conseillers régionaux et généraux jusqu'en 2014.

Fin 2009 : adoption du projet de loi de finances 2010, dont l'article deux prévoit la suppression de la taxe professionnelle, principale ressource fiscale des collectivités territoriales.

Mars 2010 : élection des conseillers régionaux pour quatre ans.

 

Juillet 2010 : fin du débat parlementaire et adoption de la loi concernant la partie institutionnelle de la réforme et celle sur l'élection des conseillers territoriaux.

Fin 2010 : adoption du projet de loi de finances 2011 qui fixe les moyens de substitution de la taxe professionnelle pour les collectivités territoriales.

Mars 2011 : élection de la moitié des conseillers généraux pour trois ans (l'autre moitié a été élue en 2008).

  

À partir de juillet 2011 : examen d'une nouvelle loi sur la répartition des compétences entre collectivités territoriales.

 

31 décembre 2011 : limite pour établir un schéma départemental de la coopération intercommunale.

    

1 janvier 2014 : achèvement de la carte de l'intercommunalité.

  

Mars 2014 : élection des nouveaux conseillers territoriaux siégeant à la fois au Département et à la Région. De nouvelles élections communales auront lieu le même jour.


Réaction aux propos de Pierre Bergé et soutien au Téléthon

Telethon Alors que la 23e édition du Téléthon se tiendra les 4 et 5 décembre prochain, je tiens à faire part de mon indignation suite aux propos tenus par Pierre Bergé.

   

Lorsque Pierre Bergé affirme "je n'accuse personne de détourner de l'argent (...), mais j'accuse que 100 millions pour le Téléthon ne sert à rien", je ne peux que l’inviter à venir en Essonne afin de constater les réalisations rendues possibles par l’AFM (Association Française contre les Myopathies) et la générosité des donateurs.

 

En effet, créé en 1998 avec le soutien des collectivités locales et de l'AFM, Genopole est le premier campus français totalement dédié à la génomique. Ce site de référence réunit 69 entreprises et 22 laboratoires de recherche dont Généthon. Financé à 90% par l’AFM avec les dons du Téléthon, Généthon est à l’origine des principales avancées de la thérapie génique : premières cartes du génome humain, identification des gènes responsables de plusieurs centaines de maladies,…

 

Je tiens à assurer Laurence Tiennot-Herment, Présidente de l’AFM, de mon soutien et souhaite que la mobilisation et la générosité de tous soient au rendez-vous lors du prochain Téléthon.