Previous month:
décembre 2014
Next month:
février 2015

Ce qui est le plus important, c’est que les Essonniens puissent avoir accès à une offre de soins de qualité

MB-offre de soins de qualité280115Le transfert de l’activité de réanimation du centre hospitalier d’Arpajon sur le site du centre hospitalier sud francilien d’Evry-Corbeil, qui doit intervenir au plus tard en mai 2015, suscite de très vives préoccupations. D’autant qu’en parallèle, un projet de centralisation de la maternité de Dourdan sur le site d’Etampes est en cours d’examen.

Ces deux projets mobilisent fortement la communauté médicale, les élus locaux et les citoyens, qui s’opposent à la fermeture de ces services publics de santé de proximité. Des motions ont été adoptées par plusieurs villes et intercommunalités. L’Assemblée départementale s’est également prononcée en ce sens. Une pétition lancée par la ville de Dourdan a d’ores et déjà reçu plus de 2 000 signatures de soutien pour le maintien d’un site de naissance sur la commune et des manifestations sont organisées par les organisations syndicales de santé.

Le plus important aujourd’hui doit être le maintien dans notre département d’un service public hospitalier de qualité qui permette de lutter contre les inégalités en santé et d’éviter la dégradation de l’offre de soins pour les Essonniens. C’est le sens de mon action.


70e anniversaire de la découverte et de la libération du camp Auschwitz-Birkenau

Il y a 70 ans, le 27 janvier 1945, le camp d’Auschwitz-Birkenau était découvert et libéré. C’est dans ce camp que furent exterminés plus d’un million et demi de personnes, principalement des Juifs et des Tziganes, la plupart gazées dès leur arrivée.

Machine de mort du régime nazi, ce camp d’extermination, différent des camps de concentration et de travail forcé, illustre la logique d’aryanisation du Troisième Reich poussée jusqu’à sa logique ultime : les meurtres de masse qui aboutiront au plus grand charnier de tous les temps et à l’assassinat de plus de 6 millions de Juifs. Cette barbarie à grande échelle ne dut rien au hasard et fut minutieusement calculée, étudiée et préparée par des dirigeants nazis. A ces égards, il est fondamental que soient enseignés à l’école les préparatifs, les méthodes et les conditions qui ont conduit à cette entreprise d’extermination sciemment appliquée, et que soient transmis les témoignages laissés par les survivants.

Ces abominations nous concernent tous. En jugeant pour crimes contre l’humanité les plus hauts responsables, le tribunal de Nuremberg reconnaissait l’atteinte portée, non seulement aux victimes, mais à l’humanité tout entière.

Anniversaire découverte Auschwitz-270115Face au révisionnisme, au négationnisme et aux tentatives de justifier cette extermination, notre vigilance doit rester constante.

Alors que le nombre d’actes antisémites a doublé en France en 2014 (851 actes antisémites recensés en 2014, contre 423 en 2013) et que les actes antisémites avec violence physique ont augmenté de 130% sur la même période, nous avons le devoir de nous unir pour lutter contre l’antisémitisme et le racisme, contre l’intolérance et la haine de l’autre . Comme le dit Simone Veil, nous devons « défendre notre planète non seulement contre les forces de la nature qui la menacent, mais encore davantage contre la folie des hommes« .

Je vous invite à regarder le documentaire en 8 épisodes, intitulé Jusqu’au dernier. La destruction des juifs d’Europe, diffusé cette semaine sur France 2.


Le vote grec : une bonne nouvelle

Draopeau-grec260115Le vote d’espoir exprimé par le peuple grec marque d’abord le rejet des partis politiques grecs laxistes et défaillants depuis des années. Il exprime le recul, face à la crise, de l’extrême-droite de l’Aube dorée, et la volonté des progressistes grecs de mettre fin à la politique libérale de la saignée et de réorienter la construction européenne pour la croissance et l’emploi.

La Commission européenne et les Etats européens devraient maintenant entendre le message lancé par le peuple grec et accepter une négociation sur la baisse des taux d’intérêt et l’allongement de la dette grecque.

Quant à la comparaison de la Grèce à la France, elle n’a absolument aucun sens. Le Parti socialiste français n’est nullement le parti socialiste grec et MELENCHON encore moins TSIPRAS !

Aujourd’hui en France, c’est bien la gauche qui, face à la crise, gouverne avec courage et détermination.


La laïcité : plus qu’un principe, le fondement même de notre République

 

Mobilisation_Ecole(1)230115J’étais présent, mercredi 21 janvier, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, pour écouter l’allocution du président de la République qui adressait ses vœux à l’ensemble de la communauté éducative.

Face à la menace terroriste, il faut certes renforcer nos dispositifs de prévention et surveillance et se doter des outils juridiques adaptés. Mais pour lutter contre le sentiment de relégation qui éloigne tant de familles et de jeunes de la communauté nationale, il est indispensable de redonner aux valeurs de la République toute la place qui leur revient. Et l’école doit pouvoir jouer ce rôle, à travers un nouvel enseignement moral et civique et un renforcement de l’éducation aux médias et à l’information. C’est à l’école encore de mieux faire comprendre ce qu’est la laïcité, non la négation de la religion, mais au contraire la possibilité de croire ou de ne pas croire, dans le respect des convictions de chacun. La célébration dans chaque établissement scolaire du 9 décembre, Journée de la Laïcité, y contribuera utilement. Il importera également de restaurer l’autorité et la considération des enseignants, et de faire une priorité la maîtrise de la langue française et la connaissance de l’histoire par les élèves.

Ce discours du Président de la République marque l’Acte 2 de la refondation de l’Ecole.


J’ai été désigné vice-président de la Commission d’enquête sur le crédit d’impôt recherche

La Commission d’enquête du Sénat sur « la réalité du détournement du crédit d’impôt recherche de son objet et de ses incidences sur la situation de l’emploi et de la recherche dans notre pays », m’a élu vice-président de cette commission, au cours de sa réunion constitutive qui s’est tenue ce jour.

Composée de 21 membres désignés en séance publique du Sénat le 17 décembre 2014, cette commission enquêtera sur les dérives éventuelles du crédit d’impôt recherche, première dépense fiscale de l’Etat – de l’ordre de 6 milliards d’euros par an – après le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi, et sa contribution à soutenir l’effort de recherche des entreprises en France.

La commission devrait rendre un pré-rapport au printemps 2015 et un rapport définitif avant juillet 2015.

Déjà en juillet 2012, j’avais été l’auteur d’un rapport d’information fait au nom de la commission des finances du Sénat intitulé « Crédit d’impôt recherche : supprimer l’effet d’aubaine pour les grandes entreprises, réorienter le dispositif vers les PME ».


Nous avons chanté la Marseillaise à l’unisson dans l’hémicycle

Debout, les yeux embués de larmes, j’ai chanté la Marseillaise dans l’hémicycle cet après-midi, avec l’ensemble des sénateurs, toutes sensibilités politiques confondues – un acte inédit depuis l’Armistice de 1918 – après avoir respecté une minute de silence en hommage aux 17 victimes assassinées à Paris dans les attentats contre Charlie Hebdo, à Montrouge et dans l’hypermarché casher de la porte de Vincennes.

Un grand moment républicain, riche d’émotions.

Plus que jamais il nous faut être inflexibles avec ceux qui bafouent les lois de la République et s’attaquent à nos idéaux les plus précieux : la liberté et la démocratie.

Alors que notre pays vient de vivre des heures terribles, je veux dire ma solidarité avec les familles des victimes, mon respect pour nos forces de l’ordre et mon soutien au Gouvernement dans les mesures qu’il prépare pour lutter contre la barbarie en France.


Hommage aux victimes : minute de silence et... par publicsenat

La République ne reculera pas

Jesuischarlie070115C’est avec effroi et horreur que j’ai appris ce matin l’attentat commis contre Charlie Hebdo au cours duquel au moins 12 personnes, dont 2 policiers, ont été tuées.

Je tiens à exprimer mes condoléances aux familles et aux proches des victimes de cette barbarie. En s’attaquant à la rédaction d’un journal, les auteurs de cette attaque ont attaqué la liberté de la presse et, à travers elle, la République et la Nation.

Face à cette barbarie, ne cédons pas à la peur. L’unité nationale est la seule réponse. La République ne reculera pas.